Rencontre du mouvement sportif

April 12, 2019

Le Complexe Sportif de la Doller à Mulhouse accueillait ce vendredi 12 avril 2019, le temps d'un après-midi, la Ministre des Sports, Roxana MARACINEANU. L'occasion pour elle d'aller à la rencontre du mouvement sportif, en présence de Jean ROTTNER (Président du Conseil Régional), Brigitte KLINKERT (Présidente du Conseil Départemental), Michèle LUTZ (Maire de Mulhouse), Laurent TOUVET (Préfet du Haut-Rhin), de parlementaires (députés et sénateurs) du Haut-Rhin, représentants de la Jeunesse et des Sports, représentants du mouvement sportif, présidents de Comités Départementaux et représentants des clubs sportifs mulhousiens.

 

 Notre président, Jean-Luc CARDOSO, s'est exprimé, n'hésitant pas à questionner la ministre au sujet de l'avenir des C.T.S.

 

Un évènement suivi avec beaucoup d'attention par notre président, Jean-Luc CARDOSO, qui n'a pas hésité à prendre le micro pour s'adresser à notre agent gouvernemental :

"Madame la Ministre, effectivement, comme l’a dit Madame le Maire, vous êtes chez vous à Mulhouse, vous qui y avez pratiqué la natation de nombreuses années. Je voudrais vous interpeller concernant deux points qui, il me semble, ne sont pas justes et traités en priorité. Le gouvernement et vous ne pouvez pas fixer des objectifs ambitieux de résultats aux prochains Jeux Olympiques, en particulier ceux de PARIS 2024, alors que, dans le même temps, vous engagez la réduction drastique des cadres techniques et de l’aide au financement des fédérations sportives et de leurs structures clubs en imposant une baisse supplémentaire de plus de 9% cette année, après une diminution de 20 % l’année dernière, soit au total quasiment 30% de baisse en seulement deux années de l’ex. CNDS.

Cela est pour nous inacceptable.

La jeunesse et le sport ne sont pas des variables d’ajustement. NOUS avons, VOUS avez besoins des cadres techniques pour encadrer les disciplines sportives. Pour mémoire, à l’origine, il y a un peu plus d’une dizaine d’année, on nous a expliqué que la mise en place des paris sportifs allait permettre au sport d’être plus indépendant financièrement. Aujourd’hui, les financements issus de ces paris à travers l’ex-CNDS et ex-FNDS, sont en constante diminution alors que les montants des paris n’ont cessé d’augmenter, atteignant près de 4 milliards d’euros l’année dernière . . . Comprenne qui pourra ! Moi, nous, le judo en tout cas, ne comprenons pas.

Les recettes prélevées sur ces paris doivent aller intégralement au mouvement sportif.

Cette situation est également inacceptable.

Enfin, en rendant les dossiers de plus en plus compliqués à remplir, vous avez dégouté les bénévoles de faire ces demandes. Je vous le dis, point de salut hors des structures affiliées à des fédérations reconnues.

Ma question est relativement simple :

Quel avenir pour les cadres techniques et le financement des structures respectant les règles, les personnes, et jouant le jeu de la solidarité ?"

 

Roxana MARACINEANU a pris le temps de répondre aux différentes questions, transmettant avant tout les directives gouvernementales...

 

Voici les réponses de Madame la Ministre :

  • Concernant les cadres techniques sportifs (C.T.S.), elle affirme que l’action de l’état au travers d’eux n’était pas contrôlée.

  • Les cadres techniques sportifs, salariés de l’état, seront transférés aux fédérations avec le financement. Ceux-ci pourront faire le choix de rester dans le corps d’état. À priori, ils pourront même faire le choix d’y revenir après avoir été affectés à une fédération. Les fédérations seront sollicitées par courrier la semaine prochaine sur cette question.

  • Les ¾ de la pratique sportive se fait hors des structures clubs. Il faut le prendre en compte. Le mouvement sportif doit s’y adapter.

  • Seulement 12,5% de la population pratique régulièrement (1 fois par semaine) du sport.

  • La relation actuelle entre la tutelle et les fédérations est dépassé.

  • Le budget du ministère n’est que de 500 M€, alors que celui des collectivités territoriales est de 9Md€.

  • Il faut plus investir les entreprises dans les partenariats. Notamment dans l’ANS qui sera mise en place à la fin du mois d’avril.

  • Il faut envisager un bénévolat différent, une sorte de « volontariat associatif indemnisé ». Par exemple : que les entreprises rendent disponible des salariés ½ journée ou 1 journée qui veulent s’investir dans le monde associatif.

  • Les structures clubs et les fédérations doivent investir le monde des entreprises en proposant des activités le temps de midi.

 

L'occasion, pour notre président, d'échanger et de partager avec de nombreuses personnalités :

 Ici avec Michèle LUTZ, Maire de Mulhouse

 

 Avec Jean-ROTTNER, Président le la Région Grand Est

 

 Mais aussi avec Madame la Ministre ! L'occasion accessoirement de lui remettre, discrètement et en main propre, le pin's du C.D. 68 JUDO !!!

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Tournoi Edouard SCHULER 2019

October 28, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

November 6, 2019

October 26, 2019

Please reload

Archives
Please reload